CHOREGRAPHIE
Biographie de Karine Saporta

A son retour des Etats-Unis, Karine Saporta fonde un groupe de recherche d’où sortiront

plusieurs personnalités artistiques qui marqueront le paysage chorégraphique français.

C’est à la tête de sa compagnie, puis au Centre Chorégraphique National de

Caen/Normandie qu’elle dirige pendant seize ans et aujourd’hui, au sein du Label Karine

Saporta, que la chorégraphe développe sa démarche. Laquelle toujours en quête

d’innovation entretient des liens très étroits avec les cultures et les musiques nonoccidentales.

Dès le début, Karine Saporta a su défendre une esthétique et des théories sur l’art

parfaitement originales. Celles-ci lui ont valu une reconnaissance immédiate des

professionnels, du public et des medias. L’invitée régulière, depuis de nombreuses

années, des institutions prestigieuses de la danse et du spectacle vivant en France

comme à l’étranger (Festival d’Avignon, Théâtre National de Chaillot, Théâtre de la Ville

de Paris, Cité de la Musique/Philharmonie de Paris, Festival Montpellier-Danse, Festival

Paris l’été, Festival de Cannes, Festival Monaco Danse, Bibliothèque nationale de France,

Festival Agora, Festival Fabbrica Europa etc.), Karine Saporta est aujourd’hui considérée

comme l’une des figures emblématiques de la danse contemporaine française

Quittant parfois sa propre structure, elle crée des oeuvres pour d’autres compagnies au

sein d’Opéras ou de Théâtre Nationaux tels que la Comédie Française, l’Opéra de Paris,

l’Opéra de Lyon, l’Opéra du Caire, le Théâtre Mariinsky-Saint-Petersbourg, le National

Gugak Center-Corée du Sud, , le Polski Teatr Tanca, l’Opéra de Tirana etc…

Son art est fait d’univers charnels oniriques façonnés à l’aide de techniques corporelles

et scéniques qui lui sont propres. Il se fonde sur une rigueur et une exigence

compositionnelles extrêmes réclamant de la part des interprètes la plus grande

précision. C’est cette précision autant que l’intériorité et la concentration nécessaires

aux danseurs, pour restituer le style de la chorégraphe qui crée la magie. Produisant une

émotion hypnotique voire vertigineuse caractéristique .

Karine Saporta, continue d’ailleurs sans relâche ses recherches en matière de formules

rythmiques et de traitement du temps. Si elle choisit des sujets empreints d’une forte

charge émotionnelle, c’est à assurer l’architecture invisible de l’oeuvre qu’elle travaille

sans répit. Cet intérêt pour la notion de « construction » particulièrement en relation

avec la musique la conduit à travailler fréquemment avec des musiciens venus du

monde entier,. Elle suscite aussi régulièrement de fructueuses collaborations avec des

orchestres (Ensemble Inter contemporain, IRCAM, Les musiciens du Louvre, choeur

Sagittarius, Ars Nova, orchestre de Normandie, quatuor Thymos, National Gugak Center,

Ten drum etc.) ou compositeurs contemporains ( Michael Nyman, Steve Reich, Thierry

Pécou, Béatrice Thiriet etc.).

Son intérêt pour l’inscription de la danse dans le paysage (qu’il soit urbain ou nonurbain)

l’amène à intégrer à ses équipes des paysagistes dans le cadre de ce qu’elle

nomme des « Danses paysagères ».